Panier
  • 0
  • verrier-amalric-walter

    Amalric Walter, créateur du procédé des pâtes de verre ?

    Maîtrisant la technique la plus complexe de l’art verrier, Amalric Walter fut l’un des grands artistes de l’Art Nouveau. Avec son talent exceptionnel, il a grandement contribué au succès de la cristallerie Daum France.

    Avant d’approfondir le sujet sur Amalric Walter, quelques mots afin de nous présenter.

    Spécialistes du cristal depuis 1882, nous vous proposons à la vente les plus illustres manufactures françaises, Baccarat, Daum, Lalique ou encore Saint-Louis.

    Nous perpétuons la tradition de nos ancêtres, les frères Vessière à Nancy, de talentueux artisans verriers du XIX et XXe siècle.

    La pâte de verre est une technique de verrerie revêtant de nombreuses complexités, à tel point que les maîtres verriers du XIX et XXème siècle s’y intéressaient rarement.

    Pourtant, la pâte de verre est une matière parfaite pour réaliser des œuvres aux aspects spectaculaires et aux contrastes éblouissants.

    Ancien élève de la manufacture de Sèvres, Amalric Walter relance cette technique de l’art verrier qui semble perdue pendant l’Égypte antique.

    Mais qui est ce génie de la pâte de verre qui a fait la notoriété de la cristallerie Daum ?

    Tour d’horizon sur la vie d’Amalric Walter

    Qui était Amalric Walter ?

    À la fois peintre, dessinateur et verrier, Amalric Walter est un artiste polyvalent né à Sèvres le 19 mai 1870, et mort à Lury-sur-Arnon (Cher) le 9 novembre 1959.

    Introduisant la technique de la pâte de verre dans la manufacture Daum, il fut l’un des plus grands verriers français de l’époque Art Nouveau, qui débute en 1890.

    L’artisan meurt aveugle et dans le plus grand dénuement à Lury-sur-Arnon.

    Amalric Walter sera, pour ainsi dire, oublié par les historiens et biographes, qui s’intéressent plus aux grands noms de l’Ecole de Nancy tel Émile Gallé.

    De rares écrivains comme l’ingénieur agronome François le Tacon consacrent tout un livre à la vie d’Amalric Walter (Amalric Walter, Maître de la pâte de verre), et Jean Hurstel.

    Artiste talentueux, Amalric Walter s’installe à son compte, une fois sa formation initiale de céramiste à la manufacture de Sèvres terminée.

    En 1893, il ouvre son premier atelier de céramiques rue des Binelles, à Sèvres, où il concevait et fabriquait de nombreuses œuvres en céramiques brillantes ou « glossy ».

    À cette époque, la ville de Sèvres est connue pour sa spécialité en matière de céramique. L’artiste Walter et ses collaborateurs, dont Félix-Optat MILET dit « OPTAT MILET », travaillaient ainsi sans relâche pour satisfaire au maximum une très forte demande.

    La prospérité de l’atelier de céramique d’Amalric Walter à Sèvres était donc logique.

    La beauté de ses œuvres témoigne du savoir-faire artistique et le goût de l’excellence d’Amalric Walter.

    Ses pièces de céramique lui ont même permis de gagner plusieurs récompenses à savoir :

    • une médaille de bronze à l’Exposition nationale et coloniale de Rouen en 1896 ;
    • un diplôme d’honneur à l’Exposition universelle de Paris en 1900 ;
    • une médaille d’or à l’Exposition internationale du travail de Paris en 1901.

    C’est pendant la période Art Nouveau, que le verrier dessinateur remet au goût du jour la technique de la pâte de verre.

    C’est la méthode qui va garantir le succès de Daum France jusqu’à maintenant.

    En 1919, Amalric Walter crée son second atelier installé rue Claudot à Nancy, après son passage chez les frères Daum.

    Dans cet atelier, il y fabrique près de 500 chefs-d’œuvre en pâte de verre.

    Amalric Walter, formé à la manufacture de Sèvres

    Le 16 février 1885, alors qu’Amalric Walter n’avait que 14 ans, il est admis à la manufacture de Sèvres où il est formé à l’artisanat d’exception par Gabriel Lévy.

    Dans cette école de prestige, il y apprend la technique de la peinture sur porcelaine et celle de la céramique, ce qui va lui permettre d’ouvrir son atelier de céramique prospère en 1893.

    Suivant les pas de son père Adolphe Joseph et ceux de son grand-père, un artiste italien nommé Francesco, Amalric Walter travaille dans la manufacture de Sèvres en tant que décorateur sur porcelaine, de suite après sa formation.

    À ce moment, l’artiste collabore déjà avec des peintres, céramistes et maîtres verriers de renom, à l’instar de César Isidore Henry Cros, dit Henry Cros, le sculpteur Alfred Finot, Albert Louis Dammouse, dit Albert Dammouse, ou encore Jules Cayette.

    Après son service militaire en 1893, Amalric Walter ne reprendra pas son activité à la manufacture, mais décide d’exploiter son talent dans son propre atelier.

    1901, le début de ses travaux de recherche sur la pâte de verre

    L’année 1900 se révèle capitale pour notre verrier-céramiste Amalric Walter.

    Cette année-là marque, en effet, un tournant majeur pour sa carrière lorsqu’il découvre les œuvres en pâte de verre d’Henry Cros et de Georges Despret lors de l’Exposition universelle de Paris.

    Conquis par les particularités et la beauté des œuvres en pâte de verre de ces artistes de talent, notre céramiste-verrier débute des travaux de recherche sur cette matière à la fois exceptionnelle et fabuleuse.

    Lorsqu’il réussit à maîtriser toutes les subtilités de la mise en œuvre de cette matière, il apporte un nouveau style à l’Art Nouveau en intégrant la manufacture Daum en 1903.

    Au sein de l’entreprise, Amalric Walter développe des œuvres prestigieuses en pâte de verre qui feront la réputation des ateliers Daum.

    Amalric Walter, âgé de 36 ans, est engagé par la cristallerie Daum

    C’est en intégrant la cristallerie Daum en 1904 qu’Amalric Walter a véritablement construit sa notoriété et celle de l’enseigne.

    Lorsque le céramiste-verrier a rejoint la manufacture Daum, celle-ci est devenue immédiatement très célèbre à Nancy comme à Paris pour ses créations fascinantes en pâte de verre.

    Au début des années 1900, chaque famille nancéienne avait un Daum, un Gallé ou encore un Vessière frères.

    Ébahis devant le savoir-faire et le talent exceptionnel d’Amalric, les frères Daum le conviaient à décorer l’intérieur de leurs locaux situés à Lyon (villa de Marius Berliet), en Belgique (maison Losseau à Mons) et à Nancy (maison de la rue Sellier) avec de la pâte de verre.

    Des buffets aux banquettes, en passant par les bibliothèques et les divers meubles de l’entreprise, Amalric Walter les a également tous décorés avec cette matière. Pour sublimer les éléments de boiserie de l’enseigne, Amalric y incruste également des plaques en pâte de verre.

    Puisqu’il va rester dans l’entreprise Daum jusqu’en 1915, il eut l’occasion de créer de magnifiques pièces telles que des objets de décoration, des vases, des vide-poches, des sculptures ou encore des coupes, pour l’enseigne.

    Le contraste et la justesse de la finition de chaque œuvre réalisée des mains d’Amalric Walter et signée Daum laissent sans voix les passionnés d’art et les maîtres verriers.

    Aujourd’hui encore, la manufacture Daum, connue comme un expert de la pâte de verre, continue de nous proposer des œuvres fascinantes conçues avec cette matière.

    Amalric Walter et Henri Bergé à Nancy : faïence... vide-poches, lampes en pâte de verre

    Engagé à la cristallerie Daum à 36 ans, Amalric Walter s’installe à Nancy en 1905 où ses œuvres sublimeront les vitrines de l’enseigne et les intérieurs des clients.

    Ses diverses réalisations, ses statuettes, ses sculptures et ses vases lui ont permis de gagner en notoriété tant à Paris qu’à Nancy, au même titre que la manufacture Daum.

    Même si la plaque publicitaire de l’atelier d’Amalric Walter mentionnait : “Pâtes de verre & Cire perdue“, la technique utilisée par l’artiste était plus difficile que celle de la cire perdue.

    Il utilisait cette dernière uniquement pour fabriquer le moule réfractaire, qui va recevoir de la poudre de verre et de la poudre d’émail coloré, respectivement pour la masse et pour la couleur.

    Si ses œuvres ont tant conquis le cœur des plus grands artistes, des passionnés d’arts et de nombreuses personnes, c’est parce qu’il a collaboré avec un sculpteur de renom appelé Henri Bergé.

    Né à Nancy en 1870, ce dernier a suivi des études auprès de l’École des Beaux-Arts de Nancy avant d’intégrer la manufacture Daum.

    À l’aube du XXe siècle, le duo Amalric Walter et Henri Bergé représente un atout capital pour la cristallerie Daum.

    D’une part, le sculpteur décorateur conçoit des motifs inspirés de la nature (fleurs, végétaux, animaux…) que l’enseigne va déployer dans ses œuvres jusqu’à la Première Guerre mondiale et, d’autre part, le verrier créateur du procédé de la pâte de verre façonne des pièces prestigieuses du style de l’Ecole de Nancy.

    Avec Henri Bergé et d’autres modélistes, Amalric Walter va élaborer plus de 500 modèles différents. Au sein de son atelier, il va reproduire des œuvres de certains sculpteurs connus comme Auguste Rodin, Auguste Houillon, Jules Cayette, Alfred Finot…

    L’atelier d’Amalric Walter ferme en 1935, probablement suite au changement des goûts artistiques de la population, qui aura pour conséquence un manque de rentabilité de l’affaire de Walter.

    La technique utilisée faisait que les coûts de production restaient élevés, une situation qui sera aggravée par la crise économique mondiale de 1929.

    Complétez votre lecture avec les plus grands verriers français

    PARTAGEZ NOTRE SAVOIR-FAIRE !

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.