Panier
  • 0
  • marius-ernest-sabino

    Marius-Ernest Sabino, maître verrier de l’Art Déco

    Célèbre verrier connu pour ses œuvres en verre pressé-moulé, Marius-Ernest Sabino demeure moins connu du public. Partons à l’exploration de la vie de cet illustre maître verrier spécialiste de l’opalescence bleutée…

    Avant d’approfondir le sujet sur Marius-Ernest Sabino, quelques mots afin de nous présenter.

    Spécialistes du cristal depuis 1882, nous vous proposons à la vente les plus illustres manufactures françaises, Baccarat, Daum, Lalique ou encore Saint-Louis.

    Nous perpétuons la tradition de nos ancêtres, les frères Vessière à Nancy, de talentueux artisans verriers du XIX et XXe siècle.

    Marius-Ernest Sabino, le sculpteur devenu maître verrier de l’Art Déco

    Nous sommes en 1878, Marius-Ernest Sabino est né en Sicile, dans la ville d’Acierale (Italie). En 1882, son père, sculpteur sur bois, l’emmène avec toute sa famille en France, où Marius-Ernest va étudier la sculpture sur bois.

    Encouragé par son père, il suivra également une formation artistique à l’Ecole Nationale des Arts Décoratifs et des Beaux-Arts de Paris.

    A cette époque, l’électricité arrive pour la première fois dans les maisons et les usines (1879).

    Fasciné par la culture française et la nouveauté de l’électricité, Marius-Ernest Sabino passe des modèles de lustres en bois à de nouvelles créations où le verre devient le premier élément de diffusion de la lumière.

    Marius-Ernest Sabino fonde sa propre usine à Noisy-le-Sec, en France

    En 1900, le maître verrier découvre le triomphe du Palais de l’Electricité lors de l’Exposition universelle de Paris. C’est ce qui va être à l’origine de la création de sa propre usine de luminaires à Noisy-le-Sec en Seine-Saint-Denis.

    Après la guerre de 1914, il va s’associer à un autre maître du verre de chez Romilly-sur-Andelle. Il va, alors, fonder quelques grands magasins à Paris, dans le quartier du Marais.

    Marius-Ernest Sabino et son associé se consacrent d’abord à leurs activités de fabrication de luminaires, mais s’étendent rapidement dans les années 20 vers la conception d’objets décor tels que des coupes, des figurines, des statuettes, des bibelots, des plats, des lampes, ou encore des vases.

    Force est de constater que les créations de Marius-Ernest Sabino s'inscrivent dans un esprit proche de la production de René Lalique, notamment avec une irisation bleutée, qui se marie merveilleusement avec un cristal opalescent.

    Marius-Ernest Sabino : la technique du verre pressé-moulé

    Pour la fabrication de moulages de ses pièces, Marius-Ernest Sabino utilise les mêmes techniques du verre pressé-moulé pour le moulage et la finition de ses créations. Toutefois, avec l’avènement récent de l’électricité, l’opalescence (demi-cristal) devient dominante dans ses productions.

    À l’époque, Sabino présente un cristal irisé bleu dans sa production, résultat de l’adjonction d’arsenic au mélange vitrifiable.

    Sabino ne fut pas le premier verrier à s’approprier la lumière dans le verre, puisque les frères Daum et Louis Majorelle en feront également leur fer de lance. Dans certaines de ses pièces, le verrier applique une coloration dans la masse à l’or ou à l’émail.

    Marius-Ernest Sabino va également utiliser l’acide pour polir le cristal, ce qui aura pour effet des luminaires transparents avec un jeu de matières intéressant entre les zones mates et les zones polies.

    1925 : le triomphe des lustres et vases opalescents signés Marius-Ernest Sabino

    Si les vases de Marius-Ernest Sabino n’ont pas eu la même renommée que ceux de Daum, certaines pièces comme la lampe « Idole » sont devenues des créations célèbres.

    Sa notoriété se fera notamment en 1925, dans le cadre du Salon International des Arts Décoratifs de Paris.

    C’est à cette époque que le verrier sera le plus imaginatif et le plus productif, jouant principalement sur le relief du verre. Ses lustres trouveront une place prépondérante dans le mouvement célèbre de l’époque : l’architecture de lumière.

    En 1925, Sabino va montrer un intérêt particulier pour le cristal bleu irisé, qui sera baptisé « golden glass » en Grande-Bretagne. Plus tard, en 1930, il va étendre l’effet d’opalescence pour obtenir des nuances jaunes, mauves ou fumées.

    Par la suite, l’on confia à Marius-Ernest Sabino la création des décors lumineux des paquebots « Ile de France » en 1927 et « Normandie » en 1935. Devenu célèbre dans le monde, il va ouvrir des points de vente à Oran, à Alger, au Tunis et à Constantinople ; et se verra confier l’installation lumineuse du décor du palais Shah de Perse en 1936.

    Le nom de Marius-Ernest Sabino restera à jamais lié à la technique verrière du verre pressé-moulé, qu’il concrétise dans ses différentes activités, notamment ses bustes en verre.

    Marius-Ernest Sabino meurt en 1961, laissant à son fils l’héritage de son savoir-faire. Celui-ci va maintenir les activités de son entreprise jusqu’en 1975, et va revendre de nombreuses moules de l’enseigne à une firme américaine.

    Un petit catalogue de quelques œuvres avec la signature de Marius-Ernest Sabino

    Pour vous aider à vous faire une idée du génie et du talent de Marius-Ernest Sabino, nous vous proposons ci-dessous une liste non-exhaustive de ses principales productions :

    • La jardinière en verre vert avec deux anses latérales en décoration.
    • Le couple Pierrot et Colombine s’enlaçant au clair de lune, en haut d’un escalier en verre.
    • La paire d’appliques dotée de montures en fer forgé.
    • Les lampadaires en métal chromé, avec des globes en verre opalin.
    • La lampe de salon d’une beauté exceptionnelle, avec une base en métal laqué or, un fût de section hexagonale, en laiton et en bronze, et une plaque en laiton.
    • La Femme nue « Le Réveil » en verre opalescent.
    • Le luminaire en verre moulé-pressé opalescent, orné de motifs géométriques et de coquillages.

    Le prix des œuvres de Marius-Ernest Sabino

    Selon l'expert Michel Le Maout, les statuettes Sabino ne devraient pas avoir des prix trop élevés, même si certains souhaitent le faire croire. Le modèle opalescent sur socle lumineux de Sabino mériterait un prix supérieur à 1000 euros.

    Il faut savoir que, même si les créations de Marius-Ernest Sabino sont empreintes de talents et de savoir-faire, leurs prix ne devraient pas atteindre ceux des productions Lalique, qui se distinguent par leur qualité exceptionnelle.

    Complétez votre lecture avec les plus grands verriers français

    PARTAGEZ NOTRE SAVOIR-FAIRE !

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.