10€ offert dès 49€ d’achat – Livraison sous 1 à 3 jours

10€ OFFERT DÈS 49 D’ACHAT

BOUTIQUE SPÉCIALISTE DU CRISTAL À BACCARAT
03.83.75.10.55 - 7J/7 -

LES MEILLEURS ARTICLES :

reconnaitre-verre-murano

3 ÉTAPES POUR RECONNAÎTRE LE VERRE DE MURANO

Le travail à la main, typique de l’île, est resté identique au fil des siècles. Mais comment reconnaître un vrai Murano copie ? Votre verre de Murano vient-il bien d’Italie ? Comment analyser les signatures Murano ? Vrai ou faux Murano ? Cet article vous donne les trois étapes clefs !

DÉCOUVRIR
Reconnaitre-un-vrai-vase-Galle

3 ÉTAPES POUR RECONNAÎTRE UN VRAI VASE GALLÉ ?

Les oeuvres uniques signées de la main de Gallé s’échangent aujourd’hui à prix d’or. Mais comment reconnaître un vrai Gallé d’une copie ? Quelles sont les différentes signatures de l’artiste ? Cet article vous donne les trois étapes clefs !

DÉCOUVRIR

RECHERCHEZ PAR CATÉGORIE :

OFFREZ UN BRACELET PORTE-BONHEUR

LA ROUTE DU CRISTAL

musee-la-grande-place-saint-louis

LE MUSÉE DU CRISTAL SAINT-LOUIS VOUS OUVIR SES PORTES

Vous allez adorer. Le musée Saint-Louis vous ouvre ses portes et vous dévoile tous ses secrets à travers sa visite guidée de la manufacture; complétée à merveille par la découverte du musée. La Grande Place vous dévoile les chefs-d’oeuvre de la verrerie royale, plus ancienne cristallerie d’Europe. Couleur, taille, tradition et exclusivité sont les maîtres mots des lieux.

lustre-musee-saint-louis
Lustre du musée La Grande Place

INFOS PRATIQUES DU MUSÉE SAINT-LOUIS :

Tous les jours, de 10h à 18, hormis le mardi.

Fermeture le 25 décembre et le 01 janvier.

  • Tarif Musée : plein 6 €, Tarif réduit* 3 €
  • Tarif visite guidée + Musée : 18€
  • Pass famille : 14 € (2 adultes + enfants ou petits enfants)

Rue Coëtlosquet 57620 Saint-Louis-lès-Bitche

Mail : [email protected]

Téléphone : +33 (0)3 87 06 40 04

LA VISITE GUIDÉE SUR RÉSERVATION, UN MUST :

Découvrir le musée Saint-Louis de La Grande Place sans prendre rendez-vous pour effectuer une visite guidée de la manufacture, à 11h00 précise, est une grosse erreur.

Animé par des passionnés bénévoles, notre guide, ancien verrier de la manufacture, vous conte l’histoire de la cristallerie et ses secrets avec une vraie passion.

Accompagné de vos écouteurs, indispensables pendant la traversée des ateliers à chaud, où le bourdonnement des fours est incessant, le spectacle est total. 

On y découvre les trois fours centraux :

  • Le four à bassin, afin de couler le cristal clair, qui est en fusion à plus de 1400°C.
  • Le four à pot, qui contient le cristal de couleur.
  • Et enfin le four de recuit, l’étape finale, indispensable afin de ne pas créer de choc thermique lors du refroidissement du cristal.
visite-cristallerie-saint-louis

PARTAGEZ LE MUSÉE SAINT-LOUIS !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest

Chaque geste du verrier est alors expliqué, détaillé, sous nos yeux, à l’image du soufflé tourné, qui permet d’éviter l’apparition disgracieuse des coutures du cristal, réalisées par le moule.

D’un côté, le premier verrier souffle dans sa canne, tournant sans cesse pour faire jouer la force centrifuge, de l’autre, le second renferme la masse en fusion dans le moule en fer, donnant la forme finale à l’oeuvre.

C’est une vraie chorégraphie.

Chaque verrier est à son poste, rythmé par une véritable danse du cristal. Le verrier, muni de sa canne, boule rougeoyante à son extrémité, se déplace d’un poste à l’autre, dans une dextérité folle.

Le moindre faux pas ne pardonne pas.

Chaque verrier a son propre rôle, apportant sa pierre à l’édifice, pour ensuite passer la pièce au verrier suivant. Cela peut faire penser à une chaine de montage, sauf qu’ici, rien n’est mécanisé.

L’exemple du verre en cristal.

À saint-Louis, le verre n’est pas moulé, il est soufflé bouche et taillé main.

La taille, une spécialité de la maison, qui emploie plus de 50 tailleurs, graveurs et décorateurs, alors qu’ils ne sont pas plus d’une dizaine chez le concurrent direct : la cristallerie Baccarat.

L’artisan cueille la matière dans le four, souffle dans la canne, bloquant l’air d’un mouvement rapide avec le pouce. 

La paraison du verre prend ainsi vie.

C’est au tour de la jambe de faire son apparition. Un verrier se rend au four à bassin,  cueille la matière pour l’ajouter à la paraison.

D’un oeil expert, le verrier travaille la forme afin d’obtenir le résultat parfait.

Le verre refroidira tout doucement dans l’arche de recuisson pour ensuite passer à l’atelier à froid.

C’est la prochaine étape de la visite.

L’atelier à froid est une véritable ruche de tailleurs, graveurs, doreurs, sous oublier les choisisseuses, qui d’un oeil expert, détermineront si le la pièce en cristal est conforme à l’exigence de qualité.

Chez Saint-Louis, un verre sur deux est jeté, cassé, présentant alors un défaut, minimum soit-il.

Seule la perfection se retrouvera sur les tables des grands de ce monde.

verre-couleur-saint-louis

LE SERVICE TOMMY, DOUBLÉ COULEUR :

Le doublé couleur, de plus en plus rare, est la spécialité de Saint-Louis. Parfaitement exécuté, laissant s’exprimer un contraste unique, le service Tommy est un best-seller.

Le doublé couleur nécessite la superposition de deux couches de cristal à chaud. L’une de cristal clair, venant du four à bassin, et l’autre de couleur, venant du four à pot.

En proportion, cela représente 80 à 90% de cristal clair pour 10% de couleur.

Le tailleur, à l’aide de sa meule, ôte progressivement la première couche de couleur, laissant le décor en cristal clair s’exprimer.

D’un aspect mat et givré, il faut suite polir la taille afin d’avoir un ensemble homogène.

À l’aide de meule en feutre, ou bien par polissage chimique, c’est la dernière étape, avant que le verre ne rejoigne l’un des 40 pays ou la marque est distribuée.

Pour l’histoire :

Créé en 1928, le verre Tommy est servi 10 ans plus tard dans la galerie des Glaces du château de Versailles; célébrant l’amitié franco-britannique.

Pour ce repas, plus de 2200 verres Tommy ont été produits.

LE PRESSE-PAPIER SAINT-LOUIS, LÉGENDAIRE :

Entre la découverte de l’atelier à chaud et celui à froid, une parenthèse est proposée sur un thème spécial, exceptionnel voir identitaire pour Saint-Louis.

C’est le presse-papier.

Objet de collectionneur, le presse-papier est objet d’art et ne presse en rien le papier.

Savez-vous comment on obtient un résultat pareil ?

C’est ainsi que lorsque vous avez un bouquet dressé dans un presse-papier, c’est-à-dire quelques fleurs, chaque fleur et pétale vont être réalisées séparément, en partant de baguette de cristal de couleur qu’on va réchauffer, déformer, étirer, assembler à chaud.

Pour un bouquet dressé, une personne va mettre huit heures. Les deux verriers, nécessaires pour enfermer le bouquet, vont alors mettre deux heures.

Saint-Louis présente quatre nouveautés par an, en collaboration avec des designers. 50 et 100 pièces pour chaque modèle.

La définition de l’exceptionnel et de l’exclusif. 

presse-papier-cristal-saint-louis

LES CHEFS-D'OEUVRE DU MUSÉE SAINT-LOUIS :

On ne peut que vous conseiller cet incroyable musée ainsi que sa visite guidée.

C’est une parfaite démonstration et illustration d’un FORMIDABLE savoir-faire français. On y sort les yeux écarquillés, fin connaisseur, et fier de nos traditions.

La Lorraine, terre de cristal, regroupe la plus belle concentration d’histoire du verre et du cristal. Découvrir les secrets de fabrication que les oeuvres d’une grande richesse en fin de parcours.

candelabre-roi-nepal-saint-louis
Candélabre pour le Roi du Népal
Créé en 1818 pour être offert à Louis XVIII, gravé par Jules Leclerc, ce globe a été réédité en 1992 à l’occasion du 225e anniversaire de la cristallerie.
couleur-cristal-saint-louis

LES OPALINES, SECRET DE FABRICATION :

Les opalines se font rares aujourd’hui.

Technique d’une grande complexité, cela reste une production exclusive. 

Passé de mode ? Elle était très prisée dans les années 1890, aux côté des opalines de la cristallerie Vallérysthal, l’un de leur fers de lance à l’époque.

Une grande collection est visibles au Musée Saint-Louis de la Grande Place.

oplaine-saint-louis

LA DORURE À L'OR FIN :

Pour dorer, il faut dans un premier temps graver à l’acide. 

La technique, par décalcomanie, consiste à protéger les parties du verre à l’aide de bitume de Judée, un mélange de cire et de térébenthine.

Les parties non protégées représentant la gravure, sont alors grignotées par l’acide.

Des illustrations, étape par étape, sont proposées au sein de l’atelier de taille (les photos ne sont pas permises).

gravure-acide-cristal

UN LUSTRE, 15 000 COMBINAISONS DIFFÉRENTES :

La force de Saint-Louis, c’est aussi la personnalisation.

Vous avez la possibilité de réaliser le lustre de vos rêves, à votre image. Couleur, taille, forme, plus de 15000 combinaisons sont possibles.

acheter-lustre-saint-louis

PARTAGEZ NOTRE SAVOIR-FAIRE !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest

Rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.
shares